Le point le plus important lorsqu’on veut tomber enceinte est d’avoir des rapports pendant la période de fertilité : c’est durant ce laps de temps que les chances de conception sont les plus importantes. Parfois, pour plus de plaisir et plus de confort, de nombreuses femmes utilisent du gel durant les rapports. Sachez pourtant que tous les lubrifiants sexuels ne se valent pas, certains d’entre eux peuvent limiter grandement les chances de procréer. Pour vous aider à y voir plus clair sur les idées reçues sur la conception, Mybubelly vous explique les précautions à prendre pour utiliser ces produits.

Lubrifiant sexuel : risque à éviter pour avoir un bébé !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la sécheresse vaginale est très courante. Une étude qui a été réalisée sur plus de 6500 femmes venant de 11 pays différents montre que plus de 18 % des femmes âgées de 18 à 34 ans ont toujours une sécheresse vaginale au moment des rapports. Le problème est que la sécheresse vaginale a tendance à empirer lorsqu’on désir avoir un bébé, en raison des relations sexuelles fréquentes et du stress à l’idée de ne pas y parvenir. Pour pallier le problème, beaucoup se tournent vers les lubrifiants vaginaux.

Sachez pourtant qu’il vaut mieux éviter les lubrifiants quand on veut un bébé car ces derniers peuvent endommager le sperme de monsieur et ralentir les spermatozoïdes durant leur périple vers l’ovule. Cela concerne une bonne partie des produits que l’on trouve sur le marché, mais également des lubrifiants « fait-maison » au premier rang duquel figure la salive. À la différence de l’urine après l’amour qui n’a pas d’impact sur la conception, la salive est quant à elle très acide et endommage la mobilité du sperme, sensible à l’acidité. 

Gel et toilette intime : attention si vous souhaitez tomber enceinte

Pour maximiser vos chances d’avoir un bébé, n’utilisez pas de lubrifiants vaginaux durant vos rapports. Pour avoir des rapports agréables sans pour autant utiliser un lubrifiant, prenez le temps de faire des préliminaires, cela vous garantit une lubrification naturelle. En règle générale, une femme a besoin de 15 à 20 minutes de préliminaires pour être prête à faire l’amour. Mais si vous ne pouvez pas vous passer de lubrifiant, choisissez bien le produit à utiliser. N’optez que pour un produit doux à base d’eau et sans perturbateurs endocriniens. Ce type de lubrifiant comporte le plus souvent la mention « préservant votre fertilité ».

Pour ce qui est de la toilette, sachez que prendre une douche après avoir eu un rapport sexuel ne diminue pas vos chances de tomber enceinte. En revanche, il faut rester vigilant quant à la toilette intime. Évitez le nettoyage intérieur du vagin, car cela risque d’abîmer la flore vaginale et le système autonettoyant. Une chose toutefois, contrairement à l’idée reçue, il ne suffit pas de se nettoyer à l’eau pour avoir une bonne hygiène intime. Cela conduit à une altération du film hydrolipidique de la peau, empêchant ainsi l’évaporation de l’eau entrainant à son tour une déshydratation de la vulve. Pour éviter ce désagrément, il est préférable d’utiliser un pain dermatologique ou des gels nettoyants intimes. Enfin, si l’on n’a pas de problème en particulier, une toilette par jour suffit pour maintenir une bonne hygiène intime, tant que cette dernière n’est pas intravaginale.