Peut-on choisir le sexe de son bébé ?

Il est aujourd’hui possible de choisir le sexe de son enfant selon diverses méthodes plus ou moins douces. Certaines sont des techniques scientifiques très performantes dont l’usage reste limité. Le choix du sexe de son bébé est notamment possible lorsqu’il est médicalement assisté. Cette méthode reste toutefois très critiqué pour des raisons d’éthiques, voire interdite en France. Mais Heureusement, il existe aussi des méthodes douces et naturelles, testées et prouvées par des scientifiques reconnus, qui permettent d’augmenter vos chances d’avoir un garçon ou une fille. MyBuBelly, fait le point sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas pour choisir le sexe de son bébé.

Tri des spermatozoïdes pour choisir le sexe

C’est le spermatozoïde qui détermine le sexe du bébé. Il contient en effet un chromosome X ou Y. Si l’ovule choisit le premier, l’enfant à naître sera une fille. Si c’est le chromosome Y qui est élu, ce sera un garçon.

La possibilité d’identifier et de trier les spermatozoïdes est un procédé de laboratoire que l’on appelle la cytométrie de flux. Cette technique suppose de récupérer l’éjaculat et de marquer les spermatozoïdes par un fluorochrome. En raison de la différence de leur charge ADN, les spermatozoïdes porteurs du chromosome X (une fille) émettent alors un signal fluorescent plus grand que ceux porteurs du chromosome Y.

On peut alors les séparer, sélectionner le spermatozoïde choisi, et n’implanter que des spermatozoïdes d’un type. Les banques du sperme sont notamment équipées du matériel permettant cette technique pour effectuer ce qu’on appelle le sexage des spermatozoïdes.
Ce procédé est à l’origine utilisé par les éleveurs porcins, bovins et équins, mais fonctionne aussi pour les être humains. L’utilisation de cette technique médicale pour choisir le sexe d’un enfant est tolérée aux États-Unis, mais reste interdite en France.

Le tri des embryons par diagnostic préimplantatoire

Le tri des embryons n’est possible que dans un programme de fertilisation in vitro. Elle est mise en place uniquement dans les cas où les parents ont des antécédents de maladies génétiques ou chromosomiques dans leur famille. L’opération consiste à étudier les embryons au 3e jour de leur développement afin de ne transférer que des embryons sains dans l’utérus de la future maman. Comme cette sélection de l’embryon se fait selon le matériel génétique de l’ovule fécondée par le spermatozoïde, elle pourrait totalement permettre de choisir le sexe de son bébé. À la différence du tri des spermatozoïdes, le tri des embryons après diagnostic préimplantatoire bénéficie d’une dérogation de la loi en France. Cette dérogation concerne uniquement les couples au matériel génétique à risque pour le futur bébé.

L’alimentation pour choisir le sexe de son bébé

Aider la nature à choisir le sexe de son enfant peut se faire à travers des méthodes beaucoup moins lourdes. En effet, L’aspect médical rend souvent ce genre de procédure assez traumatisante pour les parents. Certaines méthodes alternatives, sans recours médical, mais pourtant observées scientifiquement, permettent de choisir d’orienter la nature. C’est notamment le cas de la méthode Papa, basée sur l’alimentation pour choisir le sexe de son bébé. Il y a une cinquantaine d’années, le docteur Papa a développé un programme alimentaire qui détermine ce choix.
Pour avoir un garçon, il faut adopter un régime riche en sodium/potassium. Pour avoir une fille, il faut suivre une diète à haute teneur en calcium/magnésium. Ces régimes alimentaires affectent la glaire de l’utérus, et notamment son pH. Plus ou moins salins ou alcalins, ils favorisent le passage des spermatozoïdes aux chromosomes Y ou X à travers le maillage de la glaire.
Cette méthode est désormais utilisée par de nombreux obstétriciens. Elle présente des taux de réussite qui avoisinent généralement les 80 %.

 

Le moment des rapports en fonction de l’ovulation

Une autre méthode douce et naturelle permet de favoriser la naissance d’une fille ou d’un garçon. Elle a été élaborée par le prestigieux biologiste américain Landrum Brewer Shettles (1909-2003) et met en évidence l’importance de l’ovulation et du moment du rapport pour avoir une fille ou un garçon.
La méthode Shettles considère que :
– Les spermatozoïdes mâles se déplacent et meurent rapidement.
– Les spermatozoïdes femelles se déplacent lentement et vivent plus longtemps.
En testant sa théorie scientifique sur un groupe test de couples, le docteur Shettles a pu ainsi démontrer qu’un couple ayant des rapports 3 jours avant l’ovulation a plus de chance d’avoir une fille. En revanche, s’il y a rapport au moment de l’ovulation, c’est un spermatozoïde mâle qui sera sans doute le premier à atteindre l’ovule.

 

Choisir le sexe de son bébé : ovulation et alimentation

Ces deux méthodes ont fait leurs preuves et ont été établies par des professionnels de la santé réputés : le docteur Shettles est considéré comme l’inventeur de la fécondation in vitro et le docteur Papa a exercé à l’hôpital Cochin à Paris et à la maternité de Port-Royal.
C’est à partir de leur travaux que les professionnels de MyBubelly ont pu élaborer un programme de préconception permettant de choisir le sexe de son bébé. L’équipe de nutritionnistes, gynécologues et naturopathes de MyBuBelly a donc repris ces deux programmes complémentaires afin de créer une solution unique, fiable et efficace pour déterminer le sexe de son enfant. Elle doit être suivie 3 à 6 mois avant d’avoir des rapports pour tomber enceinte. La méthode de préconception naturelle MyBubelly permet en effet de préparer le corps à la grossesse, d’améliorer sa fertilité et mais également de favoriser le choix du sexe de bébé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.