Comment calculer sa période d’ovulation ?

 

Lorsqu’on souhaite tomber enceinte, il est important de pouvoir situer avec précision son ovulation au cours du cycle, pour mettre toutes les chances de son côté en plaçant judicieusement les câlins avec le futur papa. Encore faut-il savoir précisément la reconnaître et la situer : c’est tout à fait possible avec un peu de réflexion et d’observation.

Un cycle de 28 jours… en théorie

Normalement, le cycle féminin est prévu pour durer 28 jours : vous auriez donc chaque année 13 ovulations et donc 13 possibilités de concevoir un bébé. Lors de ce cycle de 28 jours, les deux premières semaines sont caractérisées par une augmentation progressive des œstrogènes, dont le taux va plafonner au moment de l’ovulation avant de redescendre. Au 13e jour, deux autres hormones connaissent un pic brutal : la LH et la FSH. Ce pic provoque l’ovulation, qui a lieu le lendemain, donc au 14e jour. A partir de là, les œstrogènes décroissent et c’est la sécrétion de progestérone qui caractérise les deux semaines jusqu’aux règles suivantes.

Chaque cycle est différent

Mais bien sûr, chaque femme n’a pas forcément un cycle parfaitement conforme à la théorie. Il se peut que votre cycle fasse plutôt 24 jours, ou plutôt 31, voire 40… Dans ces cas-là, la théorie – toujours la théorie – veut que votre ovulation se produise 14 jours avant la fin du cycle : au jour 10 si votre cycle fait 24 jours, au jour 30 si votre cycle en fait 40, par exemple. Si votre cycle est plus long ou plus court que la moyenne mais régulier, il est donc tout à fait possible de situer votre ovulation à un jour près, et donc de placer sur ces journées un ou deux câlins pour concevoir un bébé. Mais il est aussi possible que la période entre l’ovulation et les règles suivantes, la phase lutéale, ne dure pas 14 jours, mais moins.

S’orienter dans son propre cycle

Si votre cycle est irrégulier, ou si malgré sa régularité vous ne parvenez pas à tomber enceinte, vous avez plusieurs façons de situer la date de votre ovulation, et rien ne vous empêche de les combiner pour bien comprendre la façon dont votre corps fonctionne.

Il vous faudra sans doute un ou plusieurs cycles d’observation pour y parvenir. L’ovulation se manifeste par exemple par des signes physiques : une augmentation de la libido, un gonflement des seins, souvent une glaire cervicale abondante et transparente comme du blanc d’œuf, parfois des douleurs à l’ovaire. Notez-les sur un calendrier lorsque vous les ressentez, ainsi que vos dates de règles : vous remarquerez sans doute une régularité. Idem pour les fameuses courbes de température : l’ovulation provoque une légère augmentation de la température corporelle. En la prenant chaque matin au réveil, vous remarquerez aussi une régularité. Enfin, les tests d’ovulation, basés sur la détection des hormones (œstrogènes, LH et FSH) dans l’urine, peuvent aussi grandement aider à comprendre le fonctionnement de votre cycle.