Saignement pendant l’ovulation : dois-je m’inquiéter ?

Pour presque toutes les femmes, l’ovulation se fait en toute discrétion, sans aucun signe extérieur. Chez certaines par contre, l’ovulation peut s’accompagner de petits saignements. Ce phénomène toucherait 5 % des femmes dans le monde. Cela n’a rien d’alarmant d’autant plus que les saignements sont souvent très légers et ne durent qu’un à deux jours. Si au contraire, les saignements sont abondants et durables, la cause sous-jacente est peut-être plus grave. Le mieux dans ce cas-là est de consulter au plus vite. MyBuBelly vous explique les scénarios possibles en cas de saignements lors de l’ovulation.

Rupture de follicule et saignement

Les saignements ovulatoires ne sont en général pas pathologiques. Ils s’expliquent le plus souvent par la rupture de follicule. Pour rappel, au cours de l’ovulation, la tension du liquide du follicule ovarien augmente et finit par causer la rupture du follicule, entraînant par la même occasion l’expulsion de l’ovocyte. Il peut arriver que la rupture du follicule se fasse brutalement et endommage quelques petits vaisseaux sanguins. Ce sont ces derniers qui sont à l’origine des saignements ovulatoires.

À la différence des règles, les saignements ovulatoires sont peu abondants et souvent de très courte durée. Dans certains cas, il ne s’agit que de petites traces de sang. Ils peuvent toutefois s’accompagner d’une légère douleur au niveau du bas-ventre, du côté de l’ovaire qui a libéré l’ovocyte.

Peut-on tomber enceinte malgré des saignements pendant l’ovulation ?

Que l’on se rassure, il est toujours possible de tomber enceinte malgré des saignements pendant l’ovulation puisqu’il y a toujours eu ovulation. De plus, tomber enceinte ne présente aucun risque si les saignements ovulatoires sont dus à des causes non pathologiques ou normales.

En effet, outre la rupture du follicule ovarien, plusieurs autres raisons « normales » peuvent expliquer les saignements durant l’ovulation : surproduction d’œstrogène, atrophie de la muqueuse de l’endomètre, irritation du vagin ou du col de l’utérus (lubrification non appropriée, toucher vaginal, rapport sexuel énergique…), oubli de la pilule.

Autres causes du saignement pendant le cycle menstruel

Outre les causes normales et non pathologiques citées ci-dessus, sachez que les saignements durant l’ovulation peuvent également être causés par des causes anormales ou pathologiques. De manière générale, il y a toujours lieu de s’inquiéter à partir du moment où les saignements sont abondants et durent plus de 2 jours. Cette précision faite, les saignements ovulatoires peuvent être causés par :

  • Un polype utérin : c’est une excroissance qui apparaît dans l’utérus pouvant induire une ménorragie (exagération de l’abondance ou de la durée de l’écoulement menstruel) ou une métrorragie (hémorragie d’origine utérine en dehors des règles) ;
  • Un fibrome utérin : c’est une excroissance de fibres musculaires qui prend forme au niveau de l’utérus sans causer de douleur spécifique. On ne traite généralement pas un fibrome utérin si ce dernier n’est pas à l’origine d’hémorragie. Il y a toutefois des cas où ce type de fibrome engendre des saignements abondants et très douloureux au cours de l’ovulation. Les saignements peuvent même s’accompagner de caillots de sang ;
  • Endométrite : on parle d’endométrite lorsqu’on retrouve une inflammation au niveau de la paroi tapissant la cavité utérine. Outre les saignements en dehors des règles, l’endométrite s’accompagne également de pertes vaginales et de douleurs intenses au niveau du bas-ventre ;

De nombreuses autres raisons peuvent expliquer les saignements ovulatoires : maladies de coagulation sanguine, traumatisme, dysplasie cervicale, cancer de l’utérus, cancer du col de l’utérus, cancer du vagin, grossesse extra-utérine…