C’est l’histoire d’une collaboration unique en son genre.

Celle de personnalités de renommé qui se retrouvent un jour à participer à une aventure regroupant toutes les spécialistes qui font la vie : la diététique, la gynécologie, la sexualité, la psychologie, l’endocrinologie, la naturopathie, la pédiatrie. Et même l’échographie

De cette union inédite est ressortie une méthode plus facile, plus rapide, plus efficace et même plus agréable que les anciennes méthodes similaires. 

Voici donc les témoignages de ceux qui ont contribué à élaborer un programme complet et pertinent, devenue la référence mondiale du coaching en préconception. Avec l’objectif de partager du bonheur et de l’harmonie avec le plus grand nombre de familles.

Raphaël GRUMAN, nutritionniste.

Raphaël GRUMAN est spécialisé dans les régimes personnalisés. Mais aussi dans la diététique pour les femmes enceintes, pour les bébés, pour les enfants et les adolescents. Raphaël GRUMAN est également auteur d’une dizaine de livres en nutrition et l’invité régulier de plusieurs médias.

Raphaël a élaboré le programme diététique en collaboration avec Gwen RASSEMUSSE. Dans son espace au sein de l’appli, il encadre la méthode en donnant ses recommandations sur de nombreuses questions que l’on peut rencontrer. Il a pris soin à ce que les menus types et les recettes soient parfaitement équilibrés.

« Le programme diététique dure au minimum 3 mois.
Avant ce délai, on ne va pas avoir une augmentation, une diminution ou une stabilisation du pH suffisante pour vraiment augmenter ses chances »

Présentation.

Les compléments alimentaires.

Une méthode 100% naturelle.

Le principe de la méthode MyBuBelly.

Un coaching pour rendre la méthode plus facile.

Une méthode à suivre en famille.

Un écart ? Tout est une question d’équilibre.

Une méthode qui booste la fertilité.

Des compléments alimentaires sans danger.

Combien de temps pour modifier son pH ?

Les fiches conseils pour vous faciliter la méthode.

Gwen RASSEMUSSE a pour rôle de faciliter et de renforcer le programme diététique.

Ses fiches conseils donnent des astuces pour l’abonnée puisse adapter la méthode à son quotidien, à ses contraintes, à ses goûts, à ses envies… (par exemple une intolérance alimentaire, une envie de grignotage ou se faire plaisir avec un aliment en particulier…) « Il y a toujours une solution pour pouvoir adapter la méthode à chacune d’entre nous.

Il faut imaginer ce régime comme une balance entre consommation d’ingrédients favorables et interdits. Si vous faites un écart, ce n’est pas trop grave. Il faudra compenser par plusieurs aliments autorisés ».

L’aventure MyBuBelly.

Méthode facile et adaptée à toutes.

Booster la fertilité.

Docteur Véronique BIED DAMON, gynécologue

Le docteur Véronique BIED DAMON est médecin gynécologue spécialisée en médecine de la Reproduction depuis 1994. Elle pratique toutes les techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP) dans la prise en charge du couple infertile.

Elle s’intéresse particulièrement à l’impact des facteurs psychologiques et environnementaux (polluants) sur la fertilité.

Elle travaille depuis 4 ans en binôme « gynéco-psy » avec Valérie Grumelin, psychologue. Elles ont mis au point une méthode (ORIUS ou rebirth intra utérin en EMDR) qui permet de libérer la femme de ses conditionnements et empreintes psychiques négatives sur sa fertilité afin de favoriser l’accueil d’une grossesse

Spécialiste de la médecine de la reproduction, Véronique BIED DAMON a élaboré pour la méthode MyBuBelly des fiches conseils sur la fertilité, l’ovulation, la glaire, le cycle, la fertilité de Monsieur… Parce qu’il est important de bien connaitre le fonctionnement de son corps.

« Je constate souvent lors des consultations que lorsqu’une patiente a vraiment un désir profond d’avoir une fille ou un garçon, elle va sur Internet, elle cherche partout des recettes un petit peu miracles, elle fait son petit cocktail toute seule et souvent ce n’est pas très efficace, voire dangereux. L’intérêt de la méthode MyBubelly, c’est qu’elle combine les deux seules notions reposant sur une logique scientifique : le régime alimentaire (pH) et le « timing » par rapport à l’ovulation. Et surtout, la patiente est coachée, elle ne se retrouve pas toute seule dans cette démarche. Elle est accompagnée et du coup, elle est moins stressée.

L’avantage, c’est qu’elle est guidée, et donc elle évite de faire des erreurs lorsqu’elle est toute seule à piocher des informations à droite et à gauche ».

Pourquoi la méthode peut-elle marcher ?

Une méthode réservée aux femmes.

Pas de position à privilégier pour concevoir.

Quand faut-il arrêter les moyens de contraception ?

Attention aux perturbateurs endocriniens.

Une méthode sans aucun danger pour la santé.

Attention aux toilettes vaginales !

Une méthode pour toutes les femmes (cycles irréguliers, insémination)

Peut-on faire la méthode après une fausse couche ?

Peut-on faire la méthode en période d’allaitement ?

Peut-on faire la méthode après un accouchement ?

Il est toujours mieux de consulter son médecin.

Que faire en cas de troubles ovulatoires ?

Valérie GRUMELIN, psychologue.

Psychologue psychothérapeute à Paris, Valérie GRUMELIN travaille sur le lien qui unit le corps et l’esprit. Notamment l’influence de l’esprit dans l’infertilité.

En binôme avec le Docteur BIED DAMON, elle permet à ses patientes qui ont échoué à plusieurs reprises dans leur tentative de grossesse de débloquer leur psychisme et de se libérer l’esprit. Valérie GRUMELIN partage ses conseils et sa technique de déblocage sur son site «Le Guide de l’Infertilité*».

L’aspect psychologique a toute sa place en période de préconception. Et Valérie GRUMELIN est une spécialiste des questions sur la fertilité. Elle a préparé pour la méthode des fiches conseils autour de la question du blocage psychologique, sur le fait de déculpabiliser de vouloir choisir le sexe de son bébé…

Et la psychologue se tient même à disposition des abonnées qui souhaiteraient se faire suivre si besoin après la méthode.

 

« Parfois, le désir de grossesse est là mais les blocages émotionnels et psychologiques créent ce que l’on appelle une infertilité inexpliquée. Ces blocages émotionnels peuvent avoir plusieurs causes : Un traumatisme lié à sa propre naissance ou enfance, une phobie (ou un choc), la peur de ne pas y arriver (à cause de l’âge, de la pression familiale, des soucis du quotidien …).

Souvent il s’agit juste d’une résistance de l’inconscient qui empêche de concevoir son bébé.

L’importance du coaching
Un coaching est important. C’est un guide, un conseil au quotidien, une écoute et une oreille attentive. Bien utiliser un coaching permet de trouver la force extérieure qui va vous donner l’apaisement intérieur et le déblocage émotionnel pour concevoir votre bébé ».

Un désir coupable ?

L’importance du coaching et de Eve.

Travailler sur les blocages que l’on peut avoir.

Les raisons qui peuvent bloquer la fertilité.

Vaincre le stress.

Vouloir une fille ou un garçon ?

Savoir le sexe de son enfant avant la naissance.

Se libérer d’une fausse couche et d’autres traumatismes.

Etre aidée en cas de déception.

Le coaching pour être réconfortée.

Mes petits conseils pour tomber enceinte.

Retrouver son identité de genre avec la méthode ORIUS.

Docteur Sylvain MIMOUN, gynécologue, andrologue et sexologue.

Formé à différentes techniques de coaching, Sylvain MIMOUN exerce depuis 25 ans et a écrit de nombreux livres.
Sylvain MIMOUN apporte ses précieux conseils dans cette méthode, avec notamment une règle de base : concevoir un bébé reste avant tout un plaisir. Il défait également toutes les idées reçues que l’on peut lire sur la sexualité et la fertilité.

 

« Aucune position sexuelle ne favorise la conception d’une fille ou d’un garçon.
Par contre, il est évident que le suivi du cycle joue un rôle important. De par la différence entre les spermatozoïdes X et Y. Les premiers étant plus résistants et les seconds étant plus rapides, il suffit de bien cibler les dates de rapports par rapport à l’ovulation pour mettre toutes ses chances de son coté pour choisir le sexe de son bébé ».

Présentation.

L’importance du coaching.

Sexualité, faites baisser la pression.

Avoir une fille ou un garçon ? Il faut cibler son ovulation.

La bonne fréquence des rapports sexuels.

Psycho et fertilité : soyez positive !

Position ou fréquence des rapports, respectez votre rythme et vos envies.

Psycho et fertilité chez l’homme.

Faire un bébé : Plus on est guidé et mieux on avance.

Le bon âge pour une envie de bébé.

Envie de bébé : Préparer Monsieur techniquement.

Pour mieux penser à l’autre, pensez à vous.

Isabelle LUQUET, naturopathe.

Isabelle LUQUET permet d’aborder dans ce coaching les sujets du bien-être et de l’hygiène de vie, très utiles pour concevoir un bébé.

« Qui n’a jamais rêvé d’influencer la nature pour choisir le sexe de son bébé ?

Ce qui m’importe en tant que naturopathe, c’est de prendre en compte le fait que nous sommes tous différents les uns des autres et que par conséquent, nos besoins ne sont pas les mêmes, ni nos réactions. Il faut donc être dans une démarche qui respecte impérativement l’individu, son cycle et sa santé et éviter de sombrer dans le systématisme, en vue d’une uniformisation.

Personnellement, ayant été élevée dans une famille où les femmes avaient une place importante dans mon quotidien, j’ai souvent entendu parler de régimes ou de recettes de grand-mères qui se transmettaient de génération en génération afin de mettre le plus de chances possibles pour avoir une petite fille ou un petit garçon ».

Le principe de la naturopathie.

La naturopathie pour se préparer à concevoir.

Alimentation et fertilité.

Savoir se régénérer et éviter le stress.

L’importance de l’exercice physique.

Mieux s’alimenter grâce au coaching.

Améliorer son hygiène de vie.

A propos de la méthode MyBuBelly

Docteur Joëlle TUBIANA, endocrinologue spécialisée en nutrition

Joëlle TUBIANA est une spécialiste des liens que l’on trouve entre l’alimentation et la fertilité. Elle a élaboré toute une liste de conseils afin de booster sa fertilité par l’alimentation.

« La méthode Mybubelly permet d’agir sans se sentir jugée. La femme vient avec une question, le choix du sexe de son bébé, et repart avec une meilleure santé, un corps qui va mieux et qu’elle comprend mieux. Donc c’est forcément bien.

La réponse à la question de la fertilité n’est pas toujours médicale, ou complexe.

Il suffit de s’occuper de soi, bien manger, suivre son cycle, mieux se connaitre et suivre les recommandations basiques qui sont pourtant si importantes (ne pas fumer, faire du sport…).

Mybubelly, c’est se dire que les chose dépendent de soi et que les mécanismes que l’on pensait complexes ne le sont pas forcément finalement »

Docteur Alain AKNIN, gynécologue.

Le docteur Alain Joël AKNIN est Gynécologue Accoucheur et Ancien Attaché-Assistant des Hôpitaux de Paris. Il est aussi ancien fondateur et dirigeant de la Clinique du Bien Naître dont l’activité a été transférée à la Clinique Ste Thérèse

« En médecine, pour que ça marche il faut faire simple. Et le plus naturel possible. C’est ce qui m’a plus par exemple dans la méthode Mybubelly. Simplicité et naturel.

Ce qui m’embête encore un peu, c’est le jugement que certain(e)s font sur le fait d’avoir le désir de choisir le sexe de son bébé. Il ne faut surtout pas que les futurs parents qui font ce choix culpabilisent, car ce désir est complètement naturel. Quand on a eu cinq filles d’affilée, ou cinq garçons d’affilée, ou pour plein d’autres raisons encore, c’est une vraie souffrance ».

Témoignage du Docteur Alain AKNIN, gynécologue.

Docteur Richard SION, pédiatre.

Le docteur Richard SION est installé dans l’est de Paris depuis plus de 40 ans.

Il est Président fondateur du Forum Francophone Internationale des Professions de Santé (FFIPS). Ainsi que Président fondateur de l’association « Les Amis d’Alyn France » en aide aux enfants myopathes et handicapés moteur.

« Le coaching en cela est fondamental et c’est la caractéristique de Mybubelly. Pour la première fois, avant la conception, les femmes sont suivies, soutenues et accompagnées.  C’est l’une des qualités majeures du projet.

Une maman a besoin comme tout le monde d’être accompagnée et d’être soutenue. On a donc cette femme qui va suivre ces techniques, conçus pour tous les profils. En sachant qu’à la moindre difficulté elle va pouvoir joindre des gens qui vont l’accompagner, rectifier le tir s’il le faut et la rassurer. Cette méthode ne comporte aucun risque pour la santé, ni de la maman ni bien sûr du futur bébé. Bien au contraire, c’est bon pour la santé.
Je crois que c’est une méthode naturelle qui est fondamentale ».

Docteur Emmanuelle Barrali-Golstenne,
Radiologue spécialisée en imagerie pédiatrique et fœtale
(Centre d’échographie mère-enfant à Paris).

Radiologue, spécialisée en imagerie pédiatrique et fœtale, en charge des échographies de grossesse et des échographies pédiatriques.
Ancienne Interne de Spécialité en Radiodiagnostic et Imagerie Médicale.

Ancien Chef de Clinique Assistant des Hôpitaux de Paris (service de Radio pédiatrie Hôpital Necker Enfants Malades Paris). Ancien Praticien dans le service d’imagerie de l’Hôpital Franco-britannique à Levallois-Perret. Emmanuelle a collaboré dans de nombreuses publications en radio-pédiatrie et diagnostic prénatal.

« Dans un contexte familial d’un couple qui a déjà eu 3 filles ou 3 garçons, je comprends parfaitement qu’il souhaite avoir le sexe opposé pour équilibrer la famille. Même pour l’enfant à venir ce sera mieux, il sera plus heureux.

Et j’apprécie l’aspect coaching de la méthode Mybubelly. II est important de bien accompagner ses patientes, de bien les conseiller, les suivre.

Elles sont le plus souvent complètement dans l’ignorance. Je veux être enceinte, je fais quoi alors ? Je dois manger quoi ? Comment comprendre mon corps ? Il y a de plus en plus de femmes qui ont du mal à avoir des enfants.

Entourer ce désir de grossesse c’est très bien aujourd’hui, par l’alimentation notamment.
Dans le but de démarrer sa grossesse en bonne santé ».

Les échographies à faire pendant la grossesse.

Les informations que nous donne chaque échographie.

L’annonce du sexe du bébé.

Est-il mieux de savoir le sexe du bébé à l’écho ?

L’échographie pour cibler son ovulation.