CAS PARTICULIER : QUAND LES PAPAS DOIVENT S’Y METTRE

Mesdames, vous vous donnez beaucoup de mal pour pouvoir choisir le sexe de votre bébé, mais savez-vous que le futur Papa peut également mettre sa pierre à l’édifice ?

Il s’agit de cas bien particuliers. En situation normale, les hommes produisent 50% de spermatozoïdes avec le chromosome X (donc fille) et 50% de spermatozoïdes avec le chromosome Y (donc garçon). Il se peut cependant que certaines infections ou pathologies du système urinaire perturbent cet équilibre.

 

De nouvelles découvertes scientifiques mettent en évidence que la différenciation des spermatozoïdes pourrait également être déterminée par l’homme. En effet, l’éjaculat est composé de plusieurs liquides dont le liquide séminal, le liquide prostatique et les spermatozoïdes. Ces différentes glandes acidifient ou alcalinisent plus ou moins l’éjaculat.

 

Le pH du sperme se situe normalement entre 7,2 et 8, soit légèrement alcalin. Cependant, il se peut qu’il soit très acide en cas de prostatite chronique ou aiguë. La prostatite aigüe est généralement mieux diagnostiquée car les symptômes sont plus marqués : fièvre et difficultés urinaires. En revanche, la prostatite chronique peut durer des années sont jamais sans apercevoir provoquant ainsi une acidification de l’éjaculat et donc une diminution de la proportion de spermatozoïdes males, favorisant donc la chance d’avoir une petite fille.

 

En cas de doute, il est possible de réaliser un spermogramme pour doser le pH. En cas d’infection prostatique, des traitements médicaux permettront de rétablir le pH. Une alimentation équilibrée permettra de contribuer à rééquilibrer ce pH. Il faut rester patient car ce rééquilibrage peut durée plusieurs semaines.

 

Si toutes les causes médicales sont écartées et que le pH se situe entre 7,2 et 8, il est tout de même possible de demander à Monsieur de vous accompagner dans votre programme afin de faire varier son pH en fonction du sexe souhaité et ainsi de mettre toutes les chances de votre côté !