La Course du Spermatozoïde vers l’Ovule

Lorsqu’un spermatozoïde atteint l’ovule et le pénètre au cœur, cela s’appelle la fécondation, qui engendre alors la fusion des éléments cytoplasmiques et nucléaires de ces deux éléments. L’ovule fécondé prend alors le nom de zygote et constitue la première cellule du bébé. Mais cette fécondation est une course longue et pleine d’obstacles pour le spermatozoïde. Voyons donc d’où il part, quel est son parcours, en combien de temps il va atteindre l’ovule et comment il fait pour gagner…

D’où partent les spermatozoïdes ?

Lors de l’éjaculation, au cours d’un rapport sexuel, l’homme libère plusieurs centaines de millions de spermatozoïdes, se déplaçant à 16 km/h, dans le vagin de la femme.
Ceux-ci baignent alors dans un liquide assez riche en sucre, leur fournissant l’énergie indispensable à leur progression.
Le plus rapide d’entre eux atteindra l’ovule en 45 minutes, alors que le plus lent y parviendra en 12 heures.
Mais tous ne parviennent pas à destination : certains ressortent du vagin et d’autres sont totalement détruits en cours de route. Seulement une centaine atteindra les trompes de Fallope où se déroulera la fécondation.

Le parcours du combattant

Pour atteindre l’ovule, les spermatozoïdes doivent d’abord traverser le vagin, puis le col de l’utérus et enfin gagner les trompes de Fallope. La distance totale est d’environ 15 à 18 cm, ce qui représente à l’échelle des spermatozoïdes, l’équivalent de 100 longueurs de bassin olympique pour l’homme.
Mais ce parcours est jonché d’obstacles. En effet, lors de la pénétration dans le vagin, les spermatozoïdes ne sont pas encore prêts à féconder l’ovule. Ils le deviendront en passant dans la glaire vaginale, mais beaucoup se perdront dans les replis vaginaux, parviendront à la mauvaise trompe, seront altérés ou affaiblis, seront totalement détruits par l’acidité du vagin, ou refoulés de l’utérus par des cils.
Heureusement certains facteurs peuvent les aider à gagner plus facilement l’ovule. Lors du rapport sexuel par exemple, si la femme a un orgasme, les contractions de son vagin attirent les spermatozoïdes vers le col de l’utérus. Et durant la période de fécondité, la glaire vaginale se fluidifie pour faciliter leur progression. De plus, durant cette période, le col de l’utérus s’ouvre légèrement pour en accueillir le plus grand nombre (environ 40 millions). Et pour augmenter le nombre de chances, les trompes de Fallope libèrent elles aussi des mucosités basiques pour stimuler les spermatozoïdes qui attendent la libération de l’ovule.

Une question de timing

La conception va donc dépendre d’une bonne synchronisation. L’ovule doit en effet être parvenu à sa maturité au moment même où les spermatozoïdes gagnent les trompes de Fallope.
Ces derniers ayant le pouvoir de survivre jusqu’à 5 jours dans les voies génitales féminines, si l’ovule arrive plus tard, il ne pourra pas y avoir fécondation car les spermatozoïdes seront tous morts.
En conclusion, un rapport sexuel qui a lieu 2 ou 3 jours avant l’ovulation permet de tomber enceinte. Mais si les spermatozoïdes arrivent plus de 24 heures après l’ovulation (l’ovule ne vivant que 24 heures au maximum), ils n’auront aucune chance de rencontrer l’ovule.

Comment devenir le gagnant

Il faut savoir que seulement 200 spermatozoïdes gagneront la zone de fécondation où des obstacles les attendent encore.
L’ovule est en effet entouré de cellules qui servent à le nourrir et chaque spermatozoïde devra donc se frayer un chemin parmi ces cellules, en se servant de son flagelle pour les écarter.
Une fois parvenu à la paroi de l’ovule, il se fixera dessus grâce à une substance collante et devra franchir la couche extérieure de l’ovule, puis une seconde.
Plusieurs spermatozoïdes franchissement la première couche mais un seul parvient à franchir la seconde et à gagner le cœur de l’ovule.
Le noyau dans la tête du spermatozoïde gagnant fusionne alors avec celui de l’ovule, qui une fois fécondé, va créer une barrière chimique pour empêcher la pénétration des autres spermatozoïdes.

La fusion finale

Lors de la fusion du spermatozoïde et de l’ovule, celui-ci perd son flagelle et sa tête se met à grossir. Ils forment alors tous deux une seule et unique cellule, qui renferme 46 chromosomes porteurs de l’information génétique (23 de chaque parent).
Les chromosomes se mélangent dans la cellule et au bout de quelques heures, elle va dupliquer son matériel génétique (l’ADN) et se scinder en deux. C’est le début de la division mitotique.