Et si la Coupe du Monde pouvait relancer le nombre de naissances en France ?


Après avoir perdu celui de Champion d’Europe de la natalité, la France serait-elle en passe de perdre son statut de pays européen le plus fécond ? C’est du moins ce que laisse présager l’état actuel de notre taux de natalité en France. En déclin depuis maintenant presque une décennie, le nombre de naissances en France ne cesse de diminuer. Et si notre victoire à la Coupe du Monde de football pouvait relancer le taux de fécondité hexagonal ? Une idée pas si bête à en croire l’expérience de certains de nos voisins européens.

Le taux de natalité en France continue sa décroissance

Un podium qui s’éloigne, une équipe qui s’essouffle…

Après avoir été leader européen en matière de naissance, le taux de natalité en France ne cesse de diminuer depuis 10 ans, tout comme le taux de fécondité ! Non, la France n’est plus Championne d’Europe du taux de natalité. Elle pourrait même perdre son titre de Championne de la fécondité européenne…

La population est tout de même toujours en progression, mais à un rythme moins effréné qu’auparavant : 0.3% de hausse en 2017 contre 0.5 en 2013.

Le nombre de naissances en France a donc baissé pour la 3ème année consécutive en 2017 avec 767 000 bébés recensés, soit 17 000 de moins qu’en 2016 !

A qui la faute ? Des joueurs démotivés ? Des conditions de jeu peu attirantes ?

Les causes de la baisse du nombre de naissances en France ?

La crise économique

Depuis 2008, le taux de natalité en France n’est plus que de 1.88 enfant par femme, contre 1.92 en 2016 et 2 en 2014 !

La faute selon certaines études à plusieurs facteurs, dont la crise économique qui joue un rôle non négligeable sur la baisse du nombre d’enfants par femme. Incertitudes économiques et stabilité professionnelle en perpétuel mouvement font que l’envie de faire un bébé se fait plus tardive.

 

Une augmentation de l’âge moyen de la maternité

En 2017, l’âge moyen de la maternité était de 30.6 ans, contre 28.5 ans en 2015 et 26.9 en 1974 !  Plusieurs facteurs contribuent à cette augmentation, dont la hausse du nombre d’années d’études post-bac, l’apparition des moyens de contraception et l’envie des femmes d’occuper des places de plus en plus importantes au cours de leurs carrières professionnelles. Les femmes de 20 à 40 ans sont également moins nombreuses qu’avant. Elles étaient 8.4 millions en 2017, contre 8.8 millions en 2007 et 9.3 millions en 1995.

Le vieillissement de la population issue du baby-boom

Le vieillissement de la population issue de la génération baby-boom n’est pas non plus étranger à la baisse du nombre de naissances en France. On constate ainsi une hausse du nombre de décès, dû au vieillissement de la population d’une part, mais également des décès liés à l’épidémie de grippe qui a sévi en 2016. Malgré la baisse du taux de natalité français, notre pays reste tout de même le pays d’Europe où le taux de fécondité est le plus élevé !

Faire un bébé pendant tournois : mythe ou réalité ?

Taux de natalité français Vs. taux d’autres pays d’Europe

Comment relancer la natalité française en déclin depuis quasiment une décennie ?

La réponse se trouve peut-être dans l’actualité sportive de notre pays avec le lancement de la Coupe du Monde 2018 !

Des études très sérieuses menées dans d’autres pays d’Europe ont ainsi démontré que gagner une compétition de football serait à l’origine de pics de naissances plus ou moins importants.

 

 

L’exemple de l’Espagne, de l’Islande et de l’Allemagne

Ce fut ainsi le cas en Espagne entre février et mars 2010, après que le FC Barcelone soit sorti grand gagnant de la Coupe du Monde : les experts ont relevé une hausse de 16% du nombre de naissances par rapport à l’année précédente !

Ce pic de natalité a même été baptisé “la génération Iniesta”, en référence au nom du célèbre attaquant de l’équipe espagnole qui a mené le pays à la victoire.

L’Islande a également vu son nombre de naissances fortement augmenter après la qualification de l’équipe de football islandaise aux quarts de finale de l’Euro 2016.

Une aubaine pour l’Islande qui ne cesse, comme la France, de voir baisser son taux de natalité depuis quelques années !

Autre exemple : l’Allemagne et sa victoire au Mondial 2014.

Neuf mois après sa qualification, le pays a vu son nombre de naissances exploser.

 

 

Football français et nombre de naissance: quel impact ?

Dans notre pays, la victoire de nos Bleus en 1998 n’a semble-t-il pas eu d’impact sur le nombre de naissances en France. L’Histoire ne dit pas si ce genre d‘étude démographique a été mené chez nous à l’époque. Espérons que cette année conduise notre équipe à la victoire, pour peut-être stimuler de nouveau le taux de natalité française !

 

Faire un bébé pendant la coupe du Monde influence le choix du prénom

Bien que la victoire de la France au Mondial 98 n’ait pas eu d’impact sur la natalité, l’INSEE a tout de même relevé des effets sur le choix des prénoms des bébés nés pendant la Coupe du Monde ! La France a ainsi eu de nombreux petits Zinedine, Lilian ou Bixente entre 1998 et 1999. Cette tendance s’est également reproduite lors du Mondial de 2006, et plus récemment cette année 2018.

Futurs parents, la France compte sur vous pour ne pas laisser son taux de fécondité subir le même sort que son taux de natalité ! Vous n’êtes pas seuls face à cette lourde responsabilité. Pour vous y aider, MyBuBelly propose de vous accompagner tout au long de votre projet de bébé, depuis sa préconception, afin de vous aider à booster votre fertilité et peut-être même choisir le sexe de votre futur enfant.

 

Alors une victoire de la France en finale dimanche et hop ! Au travail !
(Même en cas de défaite d’ailleurs). Pour avoir dans quelques mois plein de petits Kylian, Hugo, Samuel, Olivier, Paul…