Le Paternel est le média digital de la nouvelle génération de pères. On y explore les thèmes variés de la parentalité en tutoyant le papa – ça change – et en le  considérant par défaut comme un parent compétent et impliqué dans les tâches parentales – c’est une révolution !

On vous a extrait 7 statistiques sur les parents modernes pour briller dans vos dîners – ou dans vos statuts Facebook, si votre situation parentale vous éloigne pour un temps des mondanités. Pour pimenter la lecture, certains sont vrais et d’autres inversés. La réponse au début de chaque paragraphe.

60% des pères millenials se considèrent impliqués à égalité

Vrai. C’est le résultat d’une étude menée par Facebook auprès de milliers de pères de la génération Y, dans une dizaine de pays. Les pères qui font de leur mieux pour prendre une part égale de la charge parentale sont désormais une majorité. Et ce n’est pas pour eux un acte engagé ou militant. Ils trouvent ça tout simplement normal.

70% des mères millenials confirment cette égale implication

Faux. Les mères de la génération Y aussi trouveraient normal que les pères s’impliquent à égalité dans les tâches de soin des bébés et d’éducation des enfants. Mais elles sont encore loin d’être une majorité à penser qu’on y est. Seules 30% des mères millenials confirment que les tâches parentales sont réparties à égalité dans leur ménage. Un problème de charge mentale ?

1,3 fois moins de temps passé sur leur smartphone par les parents millenials

 

Faux. On pourrait croire que les jeunes parents n’ont plus de temps pour leur smartphone mais, au contraire, ils passent 1,3 plus de temps à le regarder que les non-parents du même âge. C’est à se demander comment les parents des générations précédentes s’occupaient pendant les longues heures passées à bercer leur bébé dans le noir.

 

47% de réactions en moins sur les publications Facebook qui parlent de bébés

 

Faux. Vous l’aviez remarqué : tout ce temps sur leur smartphone, les millenials le passent en partie à poster des photos de leurs enfants sur Facebook. Quelle que soit votre opinion sur le sujet, sachez que les publications qui parlent de parentalité sont plus populaires que la moyenne, et reçoivent 47% de réactions en plus.

 

9/10 pères millenials veulent être des pères parfaits

 

Vrai. C’est une étude menée par Babycenter qui le confirme. 9 pères génération Y sur 10 interrogés sur le sujet considèrent comme “important” ou “très important” l’objectif de vie “être un parent parfait”. Mais que signifie pour eux être un parent parfait ? De manière assez intéressante, le critère le plus plébiscité pour décrire le père idéal est “capable d’équilibrer sa vie de père, sa vie amoureuse, sa vie professionnelle et ses passions”.

 

70% des pères regrettent qu’il manque de contenus pour eux sur internet

 

Vrai. Dans cette quête de la paternité parfaite, les pères millenials recherchent de l’aide, sur Google forcément. Et ils trouvent principalement des contenus qui s’adressent aux mamans. Heureusement que Le Paternel a décidé de s’adresser à eux en priorité, pour explorer une parentalité paritaire (parents impliqués à égalité) et raisonnée (science et experts au service de l’enfance).

 

75% de chance d’avoir un 3ème du même sexe que les 2 premiers

 

Faux. On ne pouvait pas conclure cet article sur le blog de MyBuBelly sans aborder la question. Aviez-vous déjà entendu cette rumeur ? Si les 2 premiers enfants sont du même sexe, il y a 75% de chance pour que le 3ème soit également du même sexe ? Pour vérifier cette information, Le Paternel est remonté à la source, les fichiers de recensement français, et les statistiques sont formelles : c’est une légende. Quelle que soit la configuration de la famille, la probabilité d’avoir une fille ou un garçon reste de l’ordre de 50-50. Enfin, ça c’était avant la méthode MyBuBelly. Vous avez essayé ?

 

Vous pouvez suivre le Paternel sur Facebook, sur Instagram et dans votre inbox.